Depuis la rentrée de Noël, tous les samedis matins, c'est la même histoire: personne ne pense à ouvrir le bâtiment scientifique (soigneusement fermé à clef pour éviter les vols).

A 8 h un troupeau d'élèves et de profs attend sagement que quelqu'un se décide. Les cours commencent donc avec 10 bonnes minutes de retard. Et tout le monde s'en fout (enfin sauf les profs concernés, dont moi).

Le proviseur s'en fout; le proviseur adjoint s'en fout; l'intendant s'en fout. De toute façon, ils ne sont jamais là à 8h un samedi...

Heureusement pour nous, une collègue de SVT a LA clef qui nous sauve: elle nous ouvre en arrivant, ce qui ne nous empêche pas de commencer en retard vu qu'elle n'arrive jamais en avance. De toute façon, ce n'est pas à elle de s'occuper d'ouvrir le lycée!!! Elle ne devrait même pas avoir cette clef.

D'autant plus que, parfois, elle est pas très "fair - play"... Je m'explique:

Cette semaine, suite à la grève de Jeudi, et pour affirmer notre désaccord vis à vis des nouveaux statuts mis en place par le gouvernement, on a voté la suspension du bac blanc qui devait commencer demain et durer toute la semaine. Du coup tout le boulot de préparation du bac blanc a été fait pour rien; et en prime il faut, en catastrophe préparer des cours pour la semaine qui vient (évidemment les élèves étant un peu occupés par le bac blanc, les cours de terminale avaient été annulés).

Certains collègues ne vivent pas très bien cette situation. Dont notre "sauveuse", qui est absolument furieuse!!! Elle a même essayé de convaincre le proviseur de maintenir l'épreuve de SVT en la faisant passer mercredi après midi. Ça n'a pas marché...

Pour se venger, hier elle est entrée dans le bâtiment scientifique par derrière, puis elle a refermé derrière elle et a refusé de venir ouvrir.

C'est moi, ou on est en droit de penser qu'elle a pété un boulon?